Des nouvelles de Photons Canada

Retour à la liste

La photonique canadienne dans l’espace et ses avantages

28-06-2021

Le Canada participe avec des instruments photoniques à l'exploration spatiale depuis des années. À l'heure, elle possède les satellites d'observation de la terre (OT) opérationnels suivants : Constellation RADARSAT (ASC), RADARSAT-2 (MDA) et SCISAT (ASC) qui utilise un spectrometre de transformation Fourrier.

WildFireSat (ASC) utilisent l'imagerie thermique n'en est qu'à ses débuts, la mission prévue augmentera la capacité du Canada à surveiller les feux de forêt au pays . Il est censé être lancé en 2026 et avoir une durée de mission de 2 à 5 ans.

La constellation RADARSAT (MCR) est la nouvelle génération de satellites canadiens d'observation de la terre . Lancés le 12 juin 2019, les trois satellites identiques travaillent ensemble pour apporter des solutions aux principaux défis Canadiens. La constellation de trois satellites fournit des images quotidiennes du vaste territoire et des approches maritimes du Canada, ainsi que des images de l'Arctique. Il a un accès quotidien à 90 pour cent de la surface du monde. Le MCR est équipé d'un système d'identification automatique (SIA), ce qui permet d'améliorer la détection et le suivi des navires. Il est utilisé de plusieurs façons pour aider le gouvernement à offrir des services adaptés et rentables. En voici quelques exemples :

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)  utilise les données d'OT pour mieux comprendre l'étendue, la santé et la diversité du paysage agricole au Canada. AAC produit un inventaire annuel des cultures (cartes numériques) pour l'ensemble du Canada à l'aide de données de RADARSAT-2 et de la MCR, combinées à d'autres sources de données. Les agriculteurs utilisent ensuite ces cartes pour évaluer les propriétés du sol et des cultures, ce qui leur permet de prendre de meilleures décisions sur les moyens d'optimiser la rentabilité des cultures et la durabilité des exploitations.

Le Service canadien des glaces, qui fait partie d'ECCC, est l'un des plus grands utilisateurs des données RADARSAT et produit des cartes des glaces pour des clients comme la Garde côtière canadienne. Cette dernière transmet aux navigateurs des recommandations sur la navigation dans les glaces et d'autres renseignements sur les glaces. Les capitaines de navire qui naviguent dans l'Arctique et les personnes qui voyagent dans les régions nordiques utilisent cette information pour se déplacer en toute sécurité.

Le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes (MDN/FAC)  utilisent beaucoup l'imagerie de RADARSAT-2. Le projet Polar Epsilon a mis à profit RADARSAT-2 pour fournir au MDN et aux FAC des services de surveillance dans l'Arctique afin d'assurer la souveraineté du Canada, la détection des navires en temps quasi réel et la surveillance maritime. Les images de RADARSAT-2 combinées aux données du système d'identification automatique permettent d'identifier les navires et de détecter ceux qui n'émettent pas de signal SIA dans les eaux canadiennes ou ailleurs.

Services aux Autochtones Canada (SAC )utilise les données d'OT pour soutenir les Premières Nations dans la planification, la construction, l'exploitation et l'entretien des infrastructures communautaires. SAC s'en sert aussi pour la cartographie de base des collectivités autochtones et la surveillance du pergélisol.

Ressources naturelles Canada (RNCan)  utilise l'imagerie satellitaire et les données de validation au sol pour cartographier, surveiller et caractériser les terres, la végétation, l'eau, la neige, la glace et les infrastructures du Canada pour l'exploitation responsable des ressources naturelles, l'action pour le climat, les interventions d'urgence et les priorités du Nord. Les chercheurs du Centre canadien de télédétection de RNCan créent des données prêtes à l'analyse et des produits à valeur ajoutée pour appuyer la recherche en aval, les activités ainsi que les politiques et décisions fondées sur des données probantes dans un éventail de disciplines et de domaines prioritaires du Ministère et du gouvernement du Canada.

Sécurité publique Canada (SPC) coordonne l'utilisation des données d'OT pour l'exécution et la gestion des interventions d'urgence, et pour l'atténuation des conséquences à l'échelle nationale, provinciale et territorial, comme les inondations majeures qui ont frappé plusieurs régions canadiennes au printemps 2017 et 2019. Les cartes des inondations sont fournies par le Service de géomatique d'urgence de RNCan.

Parcs Canada utilise les données acquises en orbite pour remplir son mandat lié à la conservation des ressources naturelles et culturelles des lieux patrimoniaux canadiens qui relèvent de sa compétence.

L'Agence de la santé publique du Canada  utilise les données d'OT pour évaluer les risques associés à l'environnement ou aux changements climatiques afin de se préparer et de réagir aux événements liés à la santé et à la sûreté. Par exemple, la technologie de l'OT a été utilisée pour améliorer la cartographie des risques de maladies transmissibles comme le virus Zika, le paludisme et le choléra d'origine hydrique.

D'autres ministères et organismes gouvernementaux, comme la Commission canadienne de sûreté nucléaire, Affaires mondiales Canada, le Conseil national de recherches du Canada, Services publics et Approvisionnement Canada et Statistique Canada, ont besoin de données RADARSAT pour des projets spéciaux et la recherche-développement.

Lien: Les données RADARSAT au service des Canadiens - Agence spatiale canadienne (asc-csa.gc.ca)

Lien: Satellites d'observation de la Terre - Agence spatiale canadienne (asc-csa.gc.ca)